Mario Museum: le musée virtuel sur Super Mario.

  TESTS
  Game & Watch
  Atari 2600
  PC
  NES
     
Mario Bros.
      Pinball

      Donkey Kong Classics

      Tennis

      Wrecking Crew

      Super Mario Bros.

      The Lost Levels

       Super Mario Bros. 2

      Super Mario Bros. 3

      Dr. Mario

      Mario Open Golf

      Mario & Yoshi

      Yoshi’s Cookie
  Game Boy
  Super NES
  Virtual Boy
  Nintendo 64
  Game Boy Color
  Game Boy Advance
  Game Cube
 
DS
  Wii

  CODE ZONE
   NES
  Game Boy
  Super NES
  Nintendo 64
  Game Boy Color
  Game Boy Advance
  Game Cube

  DIVERS
  Boîtes des jeux
  Utilitaires PC
  Juke-Box
  Animations
  Lexique
  SMB, le film
  Collection perso
 
Insolites

  SOLUCES
  Super Mario World
  Yoshi's Island
  Super Mario 64
  Luigi's Mansion
  Super Mario Sunshine


SUPER MARIO BROS.

Abréviation

SMB

Date de sortie japonaise

13.09.1985

Date de sortie américaine

1985

Date de sortie européenne

?

Date de mon acquisition

24.12.1992

Console

NES

Éditeur

Nintendo

Genre

Plate-forme

Nombre de joueurs

2 alternativement

Perso principal

Mario

Mode Continue

Oui

Sauvegarde

/

Accessoires

/

Inspiration

Donkey Kong, Mario Bros.

S’en sont inspirés

Quasiment tous les jeux vidéo…

Note générale

9.9 / 10


Version européenne française (complète)


Le vendredi 13, par superstition, est un jour qui fait peur, car on craint toujours qu’une catastrophe se produise. Celui de septembre 1985 présente la particularité inverse dans le monde du jeu vidéo. Jusqu’à cette date, les jeux vidéo étaient plutôt pauvres techniquement, et se composaient toujours d’un sinistre écran unique avec une bande son saccagée et une animation pas très fluide. Mais ce jour-là, sur la console 8-bits de Nintendo, la NES, la firme de Kyoto met sur le marché un jeu révolutionnaire, peut-être LE jeu qui aura le plus marqué son époque. Sorte d’évolution du jeu d’arcade Mario Bros. sorti en 1983 sur Game & Watch, Atari 2600 et même sur NES, la cartouche est intitulée Super Mario Bros. et pour beaucoup aujourd’hui, c’est tout simplement le jeu le plus extraordinaire jamais développé tant il a apporté au monde vidéoludique.

 

Une histoire originale qui sauve Mario

 

Il est toutefois étonnant d’apprendre qu’en 1985, Mario était drôlement mal barré tant la vedette était le singe Donkey Kong. Le petit plombier de Brooklyn n’avait pas convaincu dans les jeux d’arcade où il devait combattre le singe, et la sortie de son tout premier jeu, en 1983, où apparaît son frère Luigi, ainsi que les tortues Koopa, mais le soft n’a jamais cartonné et le développement de SMB était la dernière chance pour le plombier italien de s’imposer sur la console. Toutefois, en août 1985, Shigeru Miyamoto, le génial inventeur de Mario (puis de Zelda et des Pokemon entre autres), annonce la couleur concernant ce futur jeu: « Ce ne sera plus un jeu mais une aventure. Attendez-vous à quelque chose d’unique. »

 

À 31 ans, Miyamoto réalise là son premier coup de génie. Rien qu’en lisant l’intrigue du jeu, on trouve que celui-ci va être considérablement rallongé par rapport aux précédents. Jugez plutôt: Mario et Luigi, les deux frères plombiers vus dans le jeu d’arcade il y a deux ans, entendent parler d’un sort terrible jeté sur le paisible royaume Champignon dont tous les habitants ont été changés en briques par la tribu des tortues Koopa, réputées pour leur magie noire. La princesse Champignon, la seule à pouvoir briser ce sort maléfique, a bien sûr été enlevée par le roi Koopa, plus connu sous le nom de Bowser, qui la retient prisonnière dans son immense château.

 

Vous incarnez Mario, et si vous jouez à deux, vous pouvez utiliser Luigi. Et c’est là que démarre la coupure entre les deux frangins, qui ne va cesser d’augmenter au fil des ans…

 

Un pas en avant monumental

 

Dès l’écran Titre, on comprend tout de suite que SMB n’est pas un jeu comme les autres et qu’il est très en avance sur son temps tant ses possibilités semblent immenses. La démonstration du jeu montre un écran à défilement linéaire au fur et à mesure que le personnage avance vers la droite… Cette technique, jamais utilisée auparavant, sera certes améliorée sur NES au cours des années qui suivront (possibilité de revenir en arrière, de monter plus haut, de descendre ou d’avoir un défilement automatique appelé scrolling par les puristes). Mais SMB peut s’enorgueillir d’avoir été le tout premier jeu à utiliser ce procédé certes basique mais tellement révolutionnaire à l’époque…

 

Dans le même ordre d’idées, les jeux de l’époque proposaient rarement plus de trois ou quatre niveaux de difficulté. Non seulement un seul niveau de SMB rassemble une quarantaine d’écrans différents, mais on trouve bel et bien 32 niveaux en tout, séparés en huit mondes de quatre stages! La longévité est alors considérablement rallongée.

 

Ce qu’il y a d’extraordinaire avec ce jeu, c’est l’incroyable variété de cette cartouche par rapport à l’époque où elle est sortie, au milieu de titres pas folichons rassemblant à peine quelques niveaux tristounets se ressemblant tous. Les niveaux sont étonnament variés. Chaque monde se compose de trois niveaux et d’un château assez délicat où il faudra éliminer un boss de fin pour passer au monde suivant (à moins que vous ne choisissiez d’utiliser les quelques raccourcis que propose le jeu). De plus, on passe des verdoyantes prairies du royaume Champignon aux souterrains inteminables en passant par des lacs peuplés d’adversaires coriaces ou des stages aériens… le tout de jour comme de nuit, et sans oublier les extras nuageux et un nombre incroyable de salles secrètes recelant des bonus fort utiles.

 

De plus, SMB possède un autre atout formidable avec des graphismes d’une précision jamais atteinte. Jusque-là, les pixels étaient difficilement évitables. SMB corrige ce problème avec brio même si quelques carrés grossiers apparaissent sur certains éléments, mais ça ne choque même pas…

 

Mario, quant à lui, est le premier personnage à disposer d’autant de fonctions. Il marche, saute, court, grimpe à des plantes magiques, nage, tire des boules de feu et casse des briques, et tous ces mouvements sont magnifiquement réalisés. Le tout avec deux bonus de base pourtant: le champignon qui fait grandir Mario et le transforme en Super Mario, et la fleur de feu qui lui permet de tirer des boules de feu sur ses adversaires pour les griller, même si certains y résistent. Ajoutez à cela l’étoile qui le rend temporairement insensible aux attaques et les pièces qui, au nombre de cent, lui donnent une chance supplémentaire d’avancer dans sa quête…

 

Enfin, la bande son est particulièrement soignée et surtout, elle est devenue mythique. Tous les thèmes sont passés à la postérité, sans exception, et on ne compte plus le nombre de remixes ou de remasterisations pour créer une ambiance « à la SMB » dans de très nombreux jeux de la saga qui suivront…

 

Un modèle jamais remis en cause

 

SMB est-il LE jeu vidéo par excellence? Toujours est-il que c’est lui qui a tout lancé. Quasiment aucun jeu vidéo ne s’inspire de SMB, surtout sur 2D, tant il a révolutionné le monde vidéoludique de son époque. Même en y rejouant près de 20 ans après sa sortie, on ne le trouve pas démodé… Cartouche tout simplement exceptionnelle, SMB se vendra dans le monde à plus de 40 millions d’exemplaires, ce qui en fera le jeu le plus vendu de l’histoire toutes marques confondues, et de plus, on ne compte pas les rééditions comme Super Mario Bros. / Duck Hunt, Super Mario All Stars ou Super Mario Bros. Deluxe qui feraient encore gonfler ce chiffre ahurissant.

 

De plus, aucun gamer au monde ne peut se permettre d’ignorer SMB. C’est de là que tout est parti et c’est lui qui a vraiment lancé la saga Mario, qui est sans aucun doute la série vidéoludique la plus importante en matière de production et la plus connue dans le monde. Tous les principes d’options et tous les scénarii des Mario à suivre ont forcément un point commun au moins avec SMB car c’est tout simplement un modèle absolu. Tout est passé à la postérité dans ce jeu, que ce soit son graphisme très caractéristique, sa bande son légendaire, son principe maintes fois plagié (et même par d’autres Mario), sa maniabilité devenue référence ou ses personnages plus célèbres que la plupart de ceux apparus plus tard dans la série. On notera que SMB est le seul jeu dont tous les éléments ont été repris au moins une fois dans un Mario qui a suivi, que ce soit au niveau des objets, des personnages ou de la musique…

 

SMB est donc un jeu légendaire, plus incontournable qu’aucun autre, incomparable à tous les jeux qui ont suivi sur NES (d’ailleurs, même les superbes The Legend of Zelda et Super Mario Bros. 3 ne l’ont pas battu au nombre de ventes), bref, c’est un must, une merveille, et tous ceux qui n’y ont jamais joué de leur vie ou bien qui n’en ont jamais entendu parler ne peuvent pas prétendre savoir ce qu’est un jeu vidéo. Car le jeu vidéo, c’est Super Mario Bros.

 

Notes

 

Présentation: 9½ – Non seulement l’écran Titre est le premier de l’histoire à proposer ce défilement automatique, mais la gestion du score et l’intro d’un niveau sont remarquables. Unique bémol: on aurait souhaité voir le compteur de vies dans la barre des scores.
Graphismes: 10 –
Pour l’époque, ils sont tout simplement parfaits. Très réguliers, sans aucun pixel grossier, ils sont presque réalistes, les objets et les personnages sont très finement réalisés.

Animations: 10 – C’est extrêmement fluide et à vrai dire, on n’avait jamais vu autant de choses bouger sur un seul écran sans que cela ne ralentisse la cartouche!

Musique: 10 – Une bande son d’exception, la plus connue de l’histoire du jeu vidéo, extrêmement populaire et quasiment jamais égalée.
Bruitages: 9½ –
Rien à redire sauf que ça fait bizarre d’avoir le même bruit pour l’écrasement d’un ennemi et l’émission de bulles sous l’eau… mais à part ça, c’est nickel!

Durée de vie: 10 – C’est quasiment le seul jeu au monde que l’on peut refaire mille fois sans jamais s’en lasser. Même si au bout d’un moment, les warp zones raccourcissent la quête assez considérablement, on peut très bien connaître SMB par cœur et l’emplacement de tous les bonus sans en avoir marre…

Gameplay: 10 – Une démonstration implacable du savoir-faire colossal de Nintendo en la matière. La prise en main de ce jeu est elle aussi un modèle pour tout jeu de plate-forme.

Intérêt: 10 – Un jeu aussi innovateur et aussi époustouflant techniquement méritait peut-être un 11 en 1985… et le redécouvrir en 2003 est tout aussi passionnant.

Note générale: 9.9 / 10 – L’un des rares jeux parfaits de l’histoire vidéoludique. Super Mario Bros. a tout explosé sur son passage et jamais aucun jeu n’a réussi à révolutionner autant son époque que SMB l’a fait. Tout simplement merveilleux…

 

Screenshots

 

L’écran Titre.

Le premier niveau du jeu, mondialement célèbre…

Le champignon vert octroie une vie supplémentaire à Mario.

La fleur de feu permettra à Mario de tirer des boules de feu.

Chaque niveau se termine par ce drapeau et ce petit château.

L’étoile rend Mario temporairement invincible.

Il y a un nombre phénoménal de salles secrètes de ce type!

Le champignon est l’option la plus classique de la saga…

La « Warp Zone », c’est une sorte de raccourci.

Ces plantes magiques vous enverront dans les cieux…

Le ressort, lui, vous aidera à sauter très haut.

Les niveaux aquatiques sont assez difficiles.

Un passage périlleux sur un pont avec des poissons volants…

Ce grand château symbolise l’ultime niveau de chaque monde.

Des flammes en tous genres rôdent dans ces châteaux.

À la fin de chaque monde, un serviteur Champignon à sauver.

Des niveaux en nocturne! Cool!

Passage dans les nuages, accessibles avec la plante magique.

Ces « ascenseurs » seront plus tard revus à toutes les sauces!

SMB est LE prototype absolu du jeu de plate-forme.

Bowser vous attend à la fin de chaque monde.

Les passages souterrains sont longs et pénibles…

Si ça, ce n’est pas une zone bonus…

Mario est un plombier, d’où un nombre impressionnant de tuyaux.

Un niveau gelé… dommage que ça ne glisse pas!

De plus, ce jeu est quand même assez difficile vers la fin.


Sauf mention contraire, ces screenshots sont réalisés par Mario86. Vous êtes prié(e) de me demander mon autorisation avant d’utiliser un de ces screenshots.

 

Fonds sonores

1UP – 0’02 (1 Ko)
Château – 0’32 (6 Ko)
Château (remix techno) – 1’21 (30 Ko)
Château (remix) – 2’04 (19 Ko)
Niveau classique – 1’25 (11 Ko)
Drapeau – 0’06 (1 Ko)
Libération de la princesse – 0’16 (1 Ko)
Game Over – 0’06 (1 Ko)
Invincible (remix) – 0’43 (15 Ko)
Mario meurt – 0’04 (2 Ko)
Niveau aquatique – 0’29 (2 Ko)
Souterrain – 0’15 (1 Ko)

 

Animations

Barre de feu
Bloc « ? »
Bloober
Boule de feu
Bowser
Canon & Bullet Bill
Étoile
Feu d'artifice
Flamme de Bowser
Fleur de Feu
Frère Marteau
Goomba
Goomba, souterrain
Goomba, château
Koopa, vert
Koopa, vert, souterrain & château

Koopa, rouge
Koopa Troopa, vert
Koopa Troopa, vert, souterrain & château
Koopa Troopa, rouge
Lakitu
Luigi
Super Luigi
Luigi (de petit à grand)
Luigi, grimpant
Luigi, nageant
Mario
Super Mario
Mario-Feu
Mario (de petit à grand)
Mario, grimpant à une plante
Mario, nageant
Mario-Feu, grimpant à une plante
Mario-Feu, nageant
Pièce
Plante Piranha
Plante Piranha, souterraine & château
Poisson volant, rouge
Poisson volant, gris (château)
Scarabée bourdonnant
Scarabée bourdonnant, souterrain
Scarabée bourdonnant, château
Spiny

Retour à l'accueil de Mario Museum!

  MARIO PEOPLE
  Mario
  Luigi
  Peach
  Toad
  Yoshi
  Bowser
  Donkey Kong
  Wario
  Waluigi
  Ennemis
  Autres

  INTERACTIF
  Qui est Mario86?
  Records perso
  Courrier
 
Livre d’or
  Liens
 
Forum
 
Contacts

  PARTENAIRES
 
Génération SNES
 
Nintendo Forever

  Switch SNES
  Championnat SMK
  Mario Universalis
  Collectosphere
  Adonf-JV

Mario Museum est un site conçu et administré par Mario86 et dont la seule volonté est d'apporter des informations sur les jeux Mario et de proposer quelques « goodies » en relation avec ces jeux pour illustrer et animer le site. Mario Museum est un site amateur et n'a aucun but commercial, n'a aucun lien avec Nintendo Inc. ni aucun autre site affilié à la marque ou aux sites officiels des jeux. Les images, sons et autres goodies, dont les propriétaires respectifs sont désignés dans ce site, ne sont pas fabriqués par Mario86, qui ne pourra en aucun cas être jugé responsable en cas de dommages causés par ces fichiers. La bannière « Mario Museum » et les noms « Code Zone » et « Koopa Klub » sont des noms réservés à Mario86. Reproduction interdite de ces noms et de cette bannière sans autorisation.

© 2001-2009 Mario Museum. Tous droits réservés.